Composez et improvisez en rêvant comme Paul McCartney !

Paul McCartney l’a fait, pourquoi pas vous ?

Composer Yesterday en rêvant

Une nuit de 1965, Paul McCartney s’endort paisiblement dans sa chambre, au dernier étage de la maison des parents de sa petite amie. Il rêve de son père jouant de la trompette, dans son groupe de jazz amateur. Il imagine une mélodie très swing, couplet et refrain. Aussitôt levé, Paul se met au piano, disposé près du lit, pour jouer la mélodie qu’il a encore en mémoire. Il la ralentit pour en faire une ballade… Sans le savoir, il est en train d’écrire la chanson qui sera la plus reprise et la plus écoutée au XXème siècle !

Gaufrettes et œufs brouillés

Paul joue la mélodie au piano, trouve les accords… Mais les paroles ne viennent pas. Les textes de McCartney sont rarement écrits avant la musique. Bien souvent, Paul joue une musique puis fait du yaourt dessus jusqu’à ce qu’il trouve un mot, une expression qui semble coller à la musique et qui ait du sens. Parfois un sens caché. C’est alors qu’il échafaude un scénario ; le texte vient ensuite.

Cette fois, il est tellement surpris d’avoir composé une aussi jolie mélodie en rêvant qu’il se dit qu’il a dû se rappeler en rêve un air qu’il a déjà entendu… Alors, il la fait écouter à d’autres artistes, comme Alma Cogan (1932 – 1966), une chanteuse de pop anglaise déjà célèbre dans les années 50. œufs brouillésAlors qu’il fredonne la mélodie, la mère d’Alma Cogan entre dans la pièce, en demandant s’ils veulent des « scrambled eggs », c’est-à-dire des « œufs brouillés ». L’expression plaît à Paul qui s’en empare et fait de sa mélodie une chanson comique :

Scrambled eggs
Oh my baby how I love your legs
Not as much as I love scrambled eggs
Oh we should eat some scrambled eggs

 

Les œufs brouillés
Ô mon bébé, comme j’aime tes jambes
Pas autant que j’aime les œufs brouillés
Oh, nous devrions manger des œufs brouillés

Puis il continue sur sa lancée…

Waffle friesgaufres
Oh my darling how I love your thighs
Not as much as I love waffle fries
Oh have you tried the waffle fries

Les gaufres
Ô ma chérie, comme j’aime tes cuisses
Pas autant que j’aime les gaufres
Oh, as-tu essayé les gaufres ?

 

They are

So damn good that they should be illegal

They’re like

Regular fries but they’re shaped like a waffle

Elles sont

Tellement bonnes qu’elles devraient être illégales

Elle sont comme

Des frites régulières mais elles ont la forme de gaufres

Chicken wings

Oh my baby when I hear you sing

All I think about is chicken wings

Oh did you bring the chicken wings ?

Les ailes de poulet

Ô mon bébé, quand je t’entends chanter

Je ne pense qu’aux ailes de poulet

Oh, as-tu apporté les ailes de poulet ?

 

There’s a

Place I know where I go for kick-ass wings

We could

Even get a side of onion rings

Il y a

Un endroit que je connais où je vais chercher des ailes de poulet qui déchirent

Nous pourrions

Même avoir des oignons fris

Scrambled eggs

Oh my baby how I love your legs

Not as much as I love scrambled eggs

Oh let’s go get some scrambled eggs

Les œufs brouillés

Ô mon bébé, comme j’aime tes jambes

Pas autant que j’aime les œufs brouillés

Oh, partons chercher des œufs brouillés

 

Finalement, il trouve que ces paroles ne sont pas terribles… Alors il les récrit en en faisant une chanson sentimentale beaucoup plus sérieuse : Yesterday… Cette chanson deviendra tellement célèbre et l’auteur ayant tellement raconté que les paroles n’étaient à l’origine pas du tout les mêmes, que l’on a cherché pendant des années quelles pouvaient bien être les paroles originales. C’est Jimmy Fallon (1974 – …), un célèbre humoriste, acteur, producteur et animateur de télévision aux États-Unis sur NBC qui convainc un soir Paul McCartney d’interpréter avec lui la version originale de la chanson.

Paul McCartney chante une nouvelle version qui va plaire aux végétariens !

Entre-temps, McCartney est devenu végétarien. Pas de souci avec les œufs : les végétariens en mangent, ce sont les végétaliens qui n’en mangent pas (les végétaliens ne consomment aucun produit qui vienne de l’animal). Problème par contre avec les ailes de poulet ! Alors Paul et Jimmy glissent une blague au moment d’évoquer ce mets issu de la torture d’un animal… Plutôt qu’évoquer tofudes ailes de poulet, ils évoquent des ailes de tofu ! En effet, le tofu (une sorte de fromage de soja issu du caillage du lait de soja) remplace bien souvent les préparations culinaires à base de viande. C’est ce que les végétariens appellent les « simili-carnés » ou comment continuer de se régaler de plats de traditionnels sans impliquer la souffrance d’un animal.

Les « ailes de poulet » deviennent donc « les ailes de tofu »…

Vous savez quoi ? La chanson a été enregistrée ! La voici :

Yesterday : un plagiat involontaire ?

Paul McCartney chante sa nouvelle chanson à tous les artistes qu’il croise, notamment aux autres membres des Beatles qui commencent à en avoir assez de l’entendre chanter tout le temps la même chanson.

« Il n’arrêtait pas de nous parler de cette chanson. On commençait vraiment à croire qu’il se prenait pour Beethoven ! »

(George Harrison)

Mais c’est que McCartney est persuadé qu’il n’en a pas composé l’air : cette mélodie doit venir d’ailleurs et elle lui est repassé en rêve… Alors il la joue à de nombreuses personnes, jusqu’à ce que quelqu’un lui dise : « Ah, mais je connais cet air : c’est la mélodie de telle chanson ! » Mais rien n’y fait : tout le monde trouve ça très beau, mais ça ne rappelle rien à personne… Alors il décide de la sortir et se dit : « Si dans deux semaines, personne ne m’a attaqué pour plagiat, je considérerai qu’elle est de moi. » Et d’ajouter des années plus tard : « Vu que cette chanson est la plus reprise au Monde, j’ai bien fait de dire qu’elle était de moi ! »

L’album « Help » venait de sortir en Angleterre, sur lequel figurait Yesterday. Aux États-Unis, elle fut présentée pour la toute première fois au public lors d’une autre émission très célèbre à l’époque, « The Sullivan Show », présentée par Ed Sullivan (1901 – 1974) sur la chaîne CBS. La voici :

L’originalité de la chanson est que, contrairement aux autres chansons des Beatles, Yesterday est chantée par Paul McCartney seul, en s’accompagnant à la guitare (les autres cordes sont trois violons et un violoncelle, sur un arrangement de George Martin, leur producteur).

Yesterday : les paroles définitives (et leur traduction)

Yesterday

All my troubles seemed so far away

Now it looks as though they’re here to stay

Oh, I believe in yesterday

Suddenly

I’m not half the man I used to be

There’s a shadow hanging over me

Oh, yesterday came suddenly

Why she had to go ?

I don’t know, she wouldn’t say

I said something wrong

Now I long for yesterday

 

Yesterday

Love was such an easy game to play

Now I need a place to hide away

Oh, I believe in yesterday

 

Why she had to go ?

I don’t know, she wouldn’t say

I said something wrong

Now I long for yesterday

 

Yesterday

Love was such an easy game to play

Now I need a place to hide away

Oh, I believe in yesterday…

 

Hier

Toues mes ennuis semblaient si lointains

Désormais, il semble qu’ils sont toujours présents

Oh, je crois en hier

Soudain

Je ne suis plus la moitié de l’homme que j’étais

Il y a une ombre qui plane au-dessus de moi

Oh, hier est arrivé soudainement

 

Pourquoi a-t-elle dû partir ?

Je ne le sais pas, elle ne voudrait pas le dire

J’ai menti

Maintenant, j’ai envie d’hier

Hier

L’amour était un jeu facile à jouer

Désormais, j’ai besoin d’une place où me cacher

Pourquoi a-t-elle dû partir ?

Je ne le sais pas, elle ne voudrait pas le dire

J’ai menti

Maintenant, j’ai envie d’hier

 

Hier

L’amour était un jeu facile à jouer

Désormais, j’ai besoin d’une place où me cacher

Yesterday : la chanson de tous les records

En 1995, une étude statistique illustrait le fait que la chanson la plus connue de Paul McCartney était écoutée en continu toutes les trois secondes quelque part dans le Monde… D’après Le Livre Guinness des Records en 1999, elle a été diffusée sur les radios plus de 7 millions de fois depuis sa création. Un nombre revu à la hausse : Broadcast Music Inc. annonce en 2012 qu’elle a été diffusée 9 millions de fois ! Vu qu’elle dure à peine plus de 2 minutes, on peut affirmer qu’elle a été entendue 7 millions de fois 2 minutes, soit plus de 34 ans d’écoute en continu !

Mais ce n’est pas tout : c’est aussi la chanson la plus reprise au Monde, devançant « A Garota de Ipanema » (J. Gilberto – A.C. Jobim / V. de Moraes), plus connue sous ses titres anglais et français, « The Girl From Ipanema » et « La Fille d’Ipanema ».

Citons pelle-mêle : Marianne Faithfull, Diana Ross And The Supremes, Perry Como, Ray Charles, Marvin Gaye, Elvis Presley, Bob Dylan, Oscar Peterson, Dr. John, Benny Goodman, Boyz II Men,  Wet Wet Wet, Erroll Garner, Jose Feliciano, Hugues Aufray, Tino Rossi…

Ironie du sort, on apprend dans « Le Dictionnaire du Rock » de Michka Assayas que Billy J. Kramer, qui était connu pour avoir repris plusieurs chansons des Beatles, avait demandé une chanson à Paul McCartney. Paul lui avait proposé Yesterday, mais Kramer l’avait refusée, la jugeant « trop peu commerciale » ! Un vrai visionnaire, le Kramer…

Quelle reprise voulez-vous ? Celle de Frank Sinatra, par exemple ? Allez, on se régale :

Yesterday : McCartney à l’harmonica !

Une énième version de la célèbre chanson de Paul McCartney, que je reprends bien sûr à l’harmonica. La version que je joue a été arrangée par John Berry, dans le plus pur style latin-jazz ! A l’origine, la partition n’a pas été pensée pour un harmonica mais pour un ensemble de trompettes. Mais cela ne m’empêche nullement de la jouer à l’harmonica ! Grâce aux techniques d’altérations, nous avons la possibilité de transformer notre harmonica diatonique en un véritable harmonica chromatique, tout en conservant les effets géniaux du diatonique, dont l’harmonica chromatique est dépourvu.

La trompette est accordée en Bb (si bémol). Soit ! Je sors de ma poche mon harmonica en Bb… Bon, tpt_H_pixlr_minidans ma proche, je n’ai pas douze harmonicas (sinon, c’est un balluchon que je devrais trimballer avec moi) mais l’harmonica en Bb est celui que j’utilise le plus souvent, pour tout un tas de raisons que mes élèves connaissent bien…

Je me prends donc pour un trompettiste dans cette version orchestrale de Yesterday :

 

Composer en rêvant : comment est-ce possible ?

Vous aimez le blues ? Écoutez-en, jouez-en, nourrissez-vous-en ! Vous préférez le jazz ? Même démarche : lisez des articles sur le jazz, écoutez des radios qui diffusent du jazz à longueur de journée, jouez les morceaux de jazz qui vous plaisent… Vous êtes plutôt fan de country, de rock ou de musique celtique ? Peu importe le style de musique qui vous plaise : jouez, rencontrez d’autres musiciens, partagez ensemble votre passion de la musique, diffusez les informations que vous appréciez… Plus vous vous nourrirez d’un style de musique, plus vous serez expert dans ce style. A force d’en écouter, forcément, des mélodies vous viendront spontanément à l’esprit.

Savez-vous comment font les musiciens professionnels quand ils interprètent un morceau par cœur et qu’ils en font une version personnelle, comme Ray Charles avec Yesterday ? Ils le jouent des dizaines – voire des centaines – de fois ! A force, l’air leur entre tellement dans la tête qu’ils deviennent capables d’en trouver des variations spontanées. Bien sûr, il existe des techniques d’improvisation qui vous permettent de gagner du temps ; malheureusement, si vous avez les techniques mais aucune culture, l’inspiration ne viendra pas d’elle-même : il vous faut à la fois vous exercer à l’instrument et vous plonger corps et âme dans un style qui vous branche vraiment. Alors, spontanément, vous allez commencer à rêver que vous jouez… Vous vous verrez jouer des morceaux, improviser…

Cela m’est arrivé de nombreuses fois d’imaginer de jouer un solo à l’harmonica et d’en avoir encore quelques bribes à mon réveil. Parfois même, c’est un texte de chanson qui me reste en tête au réveil. Okay, je n’ai jamais écrit un tube comme Yesterday, mais le processus est exactement le même. Et ça n’arrive pas qu’une seule fois dans sa vie : Paul McCartney lui-même a écrit une autre chanson de la même manière, des années plus tard ! Une chanson qui s’appelle « No Values », que l’on trouve sur l’album « Give My Regards To Broad Street » (1984). Elle a nettement moins bien marché que Yesterday mais si McCartney et moi réussissons à rêver de compositions, de textes et de solos, vous réussirez aussi.

Savoir improviser, c’est votre rêve ?

Ainsi que je viens de le dire, en vous nourrissant de musique, vous allez forcément progresser et trouver spontanément de nouvelles mélodies. Quoi de plus agréable d’ailleurs ? Pas tellement d’efforts à faire, si ce n’est d’être attentif à ce que l’on écoute (ça fonctionne moins bien avec de la musique de fond).

Écoutez une chanson que vous appréciez dix fois de suite avant de vous endormir, il y a de fortes probabilités que vous allez en rêver. A force, des mélodies vous viendront spontanément au réveil et à des moments de la journée où vous serez occupé à faire tout à fait autre chose que de la musique.

Ensuite, il faut pouvoir ordonner vos idées, trouver un canevas, une structure… Et découvrir de nouveaux outils, des trucs, des astuces que je vous donnerai pour trouver encore et encore de nouvelles phrases. Vous savez que sur un harmonica diatonique, on peut jouer 37 notes différentes ? Si vous jouez une seule note, vous avez donc 37 possibilités. Pour jouer une mélodie de deux notes, vous avez 37×37 = 1.369 possibilités. Une simple phrase de 6 notes vous offre plus de 2.500.000.000 de possibilités !

Que cela ne vous effraie pas : en travaillant l’improvisation dans un style, on est amené à faire des choix. On établit des « règles », que l’on dépasse dès qu’on les a assimilées, afin de toujours trouver de la nouveauté.

Vous savez déjà jouer en note-à-note, vous commencez à savoir altérer (même si vos altérations ne sont pas encore très justes) ? Rejoignez-nous dans les ateliers d’improvisation, que nous appelons La Ligue des Skippers. Quel rapport entre les commandants de bateaux et l’harmonica ? C’est parce que les formations sont mises en scène : vous embarquez sur une péniche virtuelle, où vous êtes accueillis par un personnel de bord, chacun ayant ses propres spécialités… Ainsi, toutes les formations que vous pouvez suivre sont en lien avec la navigation de plaisance.

La Ligue des Skippers pour apprendre à improviser

Qu’est-ce au juste que la Ligue des Skippers ? Des cours prodigués sous forme d’ateliers. Vous vous réunissez en petits groupes… Où ça ? Dans une salle virtuelle, dans laquelle vous « entrez » sans sortir de chez vous, grâce à un système très performant, qui ne nécessite pas d’installation de logiciel de votre part.

Une fois dans la salle, vous me voyez donner un cours en direct. Pas de cours académique : je vous donne des outils qui vous permettent de trouver spontanément de jolies mélodies et je vous explique comment les organiser. A la fin du cours, je réponds à toutes vos questions. Ce qui est génial, c’est que mes réponses à vos questions servent aussi aux autres.

Entre deux séances, vous avez le loisir de m’envoyer vos propres enregistrements afin que je puisse vous guider sur votre progression et me poser des questions, auxquelles je réponds lors de l’atelier suivant.

Vous n’avez pas la possibilité d’être présent le jour d’un atelier ? Pas de panique : chaque atelier est enregistré. Ainsi, vous pouvez le voir et le revoir autant de fois que vous le souhaitez. Et puis, si vous savez que vous ne serez pas là au prochain et que vous avez des questions auxquelles vous voulez que je réponde, il vous suffit de m’envoyer un e-mail ou de m’appeler. Je répondrai à vos questions lors de l’atelier suivant.

Vous voyez : c’est un système très souple, qui ne vous surcharge pas de travail mais vous permet de progresser rapidement en étant accompagné… Tout cela pour un tarif que vous ne retrouverez jamais en cours particulier (vu que je n’ai pas besoin de me déplacer et que les cours sont collectifs, je peux vous proposer un tarif défiant toute concurrence).

Allez vite voir cette page pour en savoir plus sur les ateliers d’improvisation et nous rejoindre :

La Ligue des Skippers pour apprendre à improviser à l’harmonica !

 

 

 

 

About the Author:

>
6 Partages
Partagez6
Tweetez
Enregistrer