plan harmonica blues 001

Voici le plan harmonica blues 001. Dans cet article, j’analyse ce plan harmonica blues pour que tu puisses, non seulement le jouer de mémoire, mais aussi pour que tu apprennes comment jouer de l’harmonica blues et développer un solo à partir de ce plan : en comprenant son analyse et en suivant mes conseils, tu vas pouvoir le retenir plus facilement, en trouver d’autres par toi-même et t’en servir comme tremplin vers tes propres improvisations.plan-harmonica-blues-001Notre tout premier plan harmonica blues : peu de notes, pas d’altération, mais quelle efficacité !

Grille du plan harmonica blues 001

La grille sur laquelle ce plan est jouée est extrêmement simple mais en même temps, c’est la grille d’un blues traditionnel. Dans le cadeau que je t’ai réservé et que tu peux télécharger en fin d’article, tu trouveras une piste d’accompagnement qui suit cette grille :

G7 G7 G7 G7

C7 C7 G7 G7

D7 C7 G7 D7

Cette grille est jouée 3 fois. La dernière fois, la dernière mesure est G7 (à la place de D7).

Gamme utilisée dans le plan harmonica blues 001

Ici, il ne s’agit pas à proprement parler d’une gamme, mais de quelques notes, issues de plusieurs gammes. En effet, on peut trouver de nombreuses gammes, à partir de seulement 4 notes. Néanmoins, par économie de moyens (et parce qu’elle est très utilisée dans de nombreux styles de musique), nous dirons que la gamme utilisée ici est la gamme majeure de sol.

La gamme majeure de sol est :

sol – la – si – do – ré – mi – fa# – sol

Si l’on repère les première, troisième, quatrième & cinquième notes de cette gamme (correspondant respectivement aux degrés 1, 3, 4 & 5), on obtient :

sol – si – do – ré

Analyse mélodique du plan harmonica blues 001

Tout d’abord, rappelons que G7 est composé des notes suivantes : sol – si – ré -fa. Pour analyser efficacement une mélodie et ses tensions, il est important de bien connaître la composition des accords qui l’accompagnent.

plan-harmonica-blues-001

Je rappelle le plan ici, pour que tu puisses suivre mon analyse plus facilement.

La note do est une tension forte, par rapport à l’accord de G7, en raison du demi-ton qui sépare si & do.

Sur l’anacrouse, le do est placé sur le « et » du 4, c’est-à-dire entre le 4ème temps et le 1er temps de la mesure 1 (je ne compte pas l’anacrouse comme une véritable mesure). C’est donc une tension qui, bien que forte a priori, passe très bien, puisqu’elle n’est pas placée sur le posé, mais sur le levé. On dit aussi que c’est une croche « en l’air ».

En fait, la mélodie si-do-si est une broderie.

Cette même note do est encore présente en 3ème mesure, cette fois sur un posé ; en l’occurrence, sur le posé du 4ème temps. La tension générée est donc beaucoup plus forte, mais elle passe aussi très bien. Pourquoi ?

Analysons en détail la mesure 3…

Analyse mélodique de la 3ème mesure

Le début de cette mesure est la fin de la phrase que l’on joue depuis le début du plan et pour la 3ème fois.

Regardons de plus près ce que nous avons aux temps 3 & 4, ainsi que la mesure 4…

On peut considérer les 4 croches des temps 3 & 4 de la mesure 3 comme étant 2 voix, comme si deux chanteurs interprétaient une note, chacun à son tour.

La voix de basse est un sol, chanté 2 fois, ce qui est bien naturel, puisque le morceau est en sol. On dit que c’est une « pédale de tonique » (cerclée en noir) car la tonique ici est sol.

La voix la plus haute chante la mélodie : si – do – ré, qui sont 3 notes consécutives de la gamme de sol majeur (en orange). C’est tellement naturel, d’entendre ce mouvement dynamique, que l’on ne prend pas attention au fait que le do est placé sur un posé. En fait, on ressent la tension qui s’exprime lorsque l’on joue un do sur le posé du 4ème temps, mais comme la mélodie chantée est si – do – ré, cette tension passe comme une lettre à la poste ! Si l’on considère uniquement la voix la plus haute, on peu analyser ce do comme une simple note de passage.

Cela étant, jouer la pédale de tonique, venant briser le mouvement dynamique si – do – ré, ajoute de la tension à la mélodie. Tu peux encore plus accentuer cette tension par un crescendo.

Le plan ne se terminant pas par la tonique, mais par la dominante (sur la mesure 4), il finit comme une question, ce qui nous donne l’envie d’entendre la suite… Et cette suite, à jouer à partir de la mesure 5 de la piste d’accompagnement que je te fournis, c’est à toi de l’inventer ! Tu peux reprendre les idées du plan et les adapter sur les autres accords de la grille en suivant mes conseils, énoncés un peu plus bas dans cet article, pour conserver une certaine cohérence à l’ensemble.

Les effets que tu peux utiliser dans le plan harmonica blues 001

Ainsi que je le mentionne dans la vidéo, j’utilise le vibrato de gorge sur les noires pointées et sur la blanche pointée. En fait, dès qu’une note est longue (à partir de la noire pointée ou même de la noire, si elle est suivie d’un silence) on peut utiliser un vibrato. A toi de choisir celui que tu préfères. Personnellement – en blues notamment – j’aime bien utiliser le vibrato de gorge.

Pourquoi avoir choisi un dip-bend sur  le 4 aspiré ? Il y a une bonne raison à cela…

Tout d’abord, c’est une note aspirée ; or les dip-bends passent toujours très bien sur les notes aspirées ; surtout en blues. Mais il y encore plus que cela : la note ré est la dominante de sol. C’est donc une tension forte, même si elle fait partie de l’accord. En fait, dans le mode majeur, la dominante (qui domine le mode) est la note la plus éloignée de la tonique. C’est donc naturellement sur cette note, issue de la gamme, qui reçoit naturellement la tension la plus forte. Le fait d’ajouter un effet comme le dip-bend accentue encore cette tension.

Jouer un dip-bend suivi d’un vibrato de gorge sur la dominante, cela fait beaucoup de tensions ! Mais comme la dominante fait partie de l’accord de G7, non seulement ça passe très bien, mais à cause des tensions, ça nous donne vraiment envie d’entendre la suite du solo. J’insiste sur ce point, car rien n’est pire qu’un solo de blues qui commencerait mollement… Au contraire, il faut mettre la gomme assez tôt, pour éveiller la curiosité de son auditoire. La progression si – sol – do – sol – ré avec le maximum de tension sur ré est parfaite pour cela.

Pour avoir un super son de blues, en jouant ce plan et ces effets, assure-toi d’avoir la bonne embouchure : si tu utilises le cul-de-poule, même en utilisant de bons effets, tu n’auras jamais les sonorités du blues ; dans ce cas, va vite voir dans ce cours l’embouchure que je préconise d’utiliser.

Comment poursuivre un solo d’après le plan harmonica blues 001 ?

Une fois que tu as joué le plan de cette semaine sur la piste d’accompagnement, tu vas entendre les musiciens poursuivre la grille, qui va se dérouler jusqu’à la 12ème mesure, puis qui va reprendre du début, afin de jouer 3 grilles complètes. Que vas-tu pouvoir jouer après le plan ? Je te livre ci-dessous 3 idées pour réussir à créer un joli solo de blues.

3 idées pour poursuivre la grille

  1. Transpose le plan sur les accords suivants en utilisant les degrés

    Le plan commence par sol si do si sol, c’est-à-dire les degrés 1 3 4 3 1 en sol (accord G7). Si tu transposes cette phrase en do (accord C7) que vas-tu jouer ? Pour transposer une phrase musicale, il te suffit de repérer les degrés d’origine et de les appliquer sur l’accord suivant. Après G7, nous trouvons C7. Donc, nous partons des degrés 1 3 4 3 1 en sol pour jouer la même phrase, transposée en do : do mi fa mi do. Commence cette phrase en anacrouse sur la 4ème mesure, après le 3ème temps, tu vas voir que ça bien fonctionner. A la 7ème mesure, tu reviens sur G7, donc tu rejoues la phrase initiale. Arrivé sur D7, que fais-tu ? Eh bien, pourquoi pas cette même phrase, transposée elle aussi sur ré ? 1 3 4 3 1 en ré, cela donne : ré fa# sol fa# ré. Evidemment, pour la jouer, il faut savoir altérer (2 altéré une fois pour le fa#, 3 altéré 2 fois pour le la). Si tu ne souhaites pas altérer ou si tu ne sais pas encore jouer les altérations aspirées, tu peux modifier cette phrase légèrement : ré sol la sol ré. Ainsi disparaissent les altérations, si tu la joues dans le registre médium !

  2. Transpose le plan sur les accords suivants en utilisant l’harmonie

    Pour utiliser l’idée n°2, il faut savoir jouer les altérations (tu peux apprendre à les jouer grâce aux modules 7 à 12 de la Formation Complète). Ici, il s’agit de conserver la même phrase, avec toutefois quelques modifications, en utilisant l’harmonie. Notre phrase initiale est sol si do si sol. Si nous conservons cette même phrase, quand nous allons la jouer sur l’accord C7, nous n’allons pas garder la note si mais la modifier en si bémol. En effet, l’accord C7 contient les notes do – mi – sol – sib. Ainsi, tu conserves une vraie cohérence dans ton solo, avec une adaptation subtile sur l’harmonie. Pour la phrase en ré, sur l’accord de D7, tu peux jouer encore sol si do si sol avec une adaptation à l’harmonie : la note sol va frotter à mort sur l’accord D7, composé des notes ré – fa# – la – do. Donc, au lieu de jouer sol si do si sol, nous allons jouer fa# si  do  si  fa# ou, pour rester encore plus cohérent avec l’accord D7, fa# la do la fa#, qui reprend presque l’arpège complet de D7.

  3. Sers-toi du plan comme un tremplin vers de nouvelles idées

    Pour utiliser cette 3ème idée, il faut déjà avoir en tête pas mal de vocabulaire blues. Si tu en es au tout début, tu dois paniquer un peu quand il s’agit de trouver de nouvelles idées. Mais avec le temps, à force de trouver des plans et de les jouer, tu vas enrichir ton vocabulaire blues et tu n’auras bientôt plus que l’embarras du choix ! Comment faire si tu as déjà appris de nombreux plans, de nombreuses phrases de blues et que tu dois faire le tri ? Je te conseille vivement de ne pas rester sur l’apprentissage des plans, mais de compléter cet apprentissage par les morceaux. En effet, c’est en jouant des morceaux de blues (des standards de blues, notamment) que tu vas acquérir des réflexes qui vont te permettre de partir d’un plan et de t’en servir comme tremplin vers de nouvelles idées, qui vont non seulement compléter ton solo, mais également te permettre d’attaquer de nouvelles grilles, en restant cohérent, comme si tu racontais une histoire en musique, ce que l’on appelle le « discours musical ». Souvent, j’entends des amateurs dire : « Ça va aller, à force d’écouter de la musique blues, je vais bien finir par avoir des idées. J’en écoute tellement… »

    Mais non, ça ne suffit pas : même si l’on écoute attentivement un morceau de blues, ce n’est pas seulement en l’écoutant que l’on va acquérir du vocabulaire blues, mais bien en apprenant à le jouer (ou au moins en apprenant à en jouer quelques phrases). En fait, il est 10 fois plus efficace – et 10 fois plus rapide pour progresser – d’apprendre à jouer des morceaux que de simplement les écouter : plutôt que passer 10 ans à écouter du blues et espérer un jour sortir des phrases musicales sur son instrument, mieux vaut passer 1 an à jouer des morceaux. C’est d’ailleurs plus satisfaisant, car on peut alors aussi faire plaisir à son entourage en interprétant des morceaux de son répertoire. Et si tu les joues au sein d’un groupe de musique, avec d’autres musiciens de blues, qui jouent d’autres instruments de musique (des guitares, par exemple) tu vas kiffer encore plus, car non seulement tu vas te faire rapidement plaisir à jouer de l’harmonica blues, mais au contact des autres musiciens, tu vas découvrir encore de nouvelles idées pour tes futurs solos, dans ton style musical préféré !

    Pour apprendre à aller plus loin en improvisation, apprendre à jouer des standards de blues et même apprendre à improviser sur ces standards, rejoins une formation à l’apprentissage du blues à l’harmonica diatonique, qui s’appelle Le Clan des Bluesmen. C’est la méthode ultime pour savoir comment jouer du bon blues à l’harmonica et savoir improviser, dans tous les styles de blues : Chicago Blues, blues-rock, blues-jazz… Bref, absolument tous styles de blues (la liste est loin d’être exhaustive). Et même avant de jouer ton tout premier morceau, tu sauras improviser, grâce aux conseils prodigués dans la section « Les Rudiments du Blues » (un module très fourni chaque mois pendant 4 mois avant d’attaquer l’étude des morceaux).

    Ce n’est pas un simple cours de musique pour apprendre à mieux jouer blues, mais la méthode idéale pour bien débuter en blues, même si tu n’as encore aucune formation musicale, aucune éducation musicale et que tu ne connais rien en solfège ; c’est aussi pour toi, si tu veux revoir les fondamentaux du blues si tu es déjà harmoniciste de blues confirmé (ou amateur), avant d’être accompagné dans l’apprentissage des morceaux. Les accessoires musicaux qu’il faut avoir pour suivre cette méthode sont simplement un accordeur chromatique pour vérifier la justesse de des altérations et un métronome, l’outil indispensable quand on travaille des morceaux. La méthode est disponible sous forme d’une formation en ligne : pas besoin de te déplacer chez ton prof d’harmo ou de t’inscrire dans une école de musique style conservatoire avec inscription à l’année : tu me vois en vidéo, comme j’étais dans ton salon (ou partout où tu suivras ta formation, que ce soit sur PC, sur Mac, sur smartphone ou sur tablette). C’est comme un vrai cours en face à face, avec un accompagnement personnalisé, pour que tu reçoives rapidement les réponses à toutes tes questions. Clique sur ce lien pour voir le contenu de cette formation.

Télécharge ton cadeau !

Dans la vidéo, j’annonce que tu vas pouvoir télécharger :

  • la partition du plan harmonica blues 001 ;
  • la tablature harmonica de ce plan (noté sous la partition) ;
  • la démonstration en mp3 ;
  • une piste d’accompagnement en mp3 pour rejouer le plan sur ton harmonica en Bb.

Ton cadeau est plus fourni qu’annoncé !

Après avoir tourné la vidéo, j’ai pris la décision de compléter ton cadeau.

Car en effet, si tu n’es pas encore élève de l’école internationale d’harmonica, peut-être n’as-tu pas d’harmonica en Bb. Or tu as sûrement envie de profiter du cadeau pour t’amuser à jouer ce plan et poursuivre ton solo avec des idées en lien avec ce plan, comme expliqué dans le paragraphe précédent. Aussi, tu trouveras, dans ton cadeau en téléchargement offert, d’autres pistes d’accompagnement. Comme tu as déjà la tablature, tu n’auras même pas besoin de transposer les notes sur les autres harmonica : ça se fera tout seul.

Quelles tonalités utiliser pour le blues ?

Personnellement, je joue du blues depuis de nombreuses années. Que ce soit en blues traditionnel, en blues-rock, en blues-jazz ou dans d’autres formes de blues, d’autres styles musicaux (même des styles de musique qui ne sont pas a priori blues, comme les musiques actuelles, dans lesquelles les morceaux peuvent être saupoudrés de phrases de blues) les tonalités d’harmonica que j’utilise le plus souvent sont :

  • C (do) ;
  • D (ré) :
  • F Low (fa grave) ;
  • G (sol) ;
  • A (la) ;
  • Bb (sib).

Comme ce plan est joué en 2ème position, les grilles de blues correspondant aux tonalités d’harmonica listées ci-dessus sont respectivement en :

  • sol ;
  • la ;
  • do ;
  • ré ;
  • mi ;
  • fa.

Récapitulons…

Ce que tu vas trouver dans ton cadeau

  • la partition en clé de sol ;
  • la tablature écrite sous la partition ;
  • la démonstration du plan 001 sur l’accompagnement du blues en fa ;
  • la piste d’accompagnement du blues en fa ;
  • la piste d’accompagnement du blues en sol ;
  • la piste d’accompagnement du blues en la ;
  • la piste d’accompagnement du blues en do ;
  • la piste d’accompagnement du blues en ré ;
  • la piste d’accompagnement du blues en mi.

Pour éviter d’avoir exactement le même blues, simplement transposé dans toutes ces tonalités, j’ai pris soin d’enregistrer des pistes d’accompagnement bien différentes d’une tonalité à l’autre mais qui, bien sûr, fonctionnent parfaitement avec le plan harmonica blues 001.

About the Author:

>
8 Partages
Partagez8
Tweetez
Enregistrer