Comment m’organiser pour progresser à l’harmonica ?

Tu débutes la musique mais tu as peu de temps devant toi ? Alors, tu vas devoir apprendre à t'organiser pour que le temps passé sur ton instrument soit vraiment efficace. Tu n’as pas de temps à perdre…

La mémoire fonctionne par répétitions

Ferme les yeux et essaie de repérer mentalement tout ce qu’il y a dans la pièce où tu te trouves : les meubles, les bibelots, les livres… Y parviens-tu ? Peut-être n’as-tu pas tout retenu, mais je suis persuadé que tu peux décrire avec précision les lieux dans lesquels tu vas souvent. Pourtant, je ne crois pas qu’un jour, tu aies dit : « Laissez-moi seul dans cette pièce aujourd’hui, qu’on ne me dérange sous aucun prétexte : je tiens à apprendre par cœur la place de chaque objet. » C’est seulement parce que tu les as souvent vus aux mêmes emplacements que tu les as retenus.

As-tu déjà mangé des pâtes ? Si on te sert un jour des pâtes qui ont le goût de framboise, ça va te choquer, parce que tu en as tellement mangé, que tu as retenu leur goût. Idem pour les odeurs ou le toucher. Si tu fermez les yeux et qu'on te met entre les mains du coton hydrophile ou une pierre, tu vas immédiatement deviner ce que c’est.

Quelqu’un marche dans la maison. Tu ne vois pas cette personne mais tu sais qui c’est : tu as reconnu la façon de marcher de ton enfant, de ton père ou de ta mère.

A présent, essaie de te remémorer le visage de personnes que tu as croisées hier dans la rue. Plus dur, n’est-ce pas ? Impossible ? Forcément : tu n'as vu ces personnes qu’une seule fois.

Bref, tu as compris : pour progresser efficacement en musique, il faut retenir ce que tu fais et donc travailler par répétitions.

Travaille un peu chaque jour

Puisque la mémoire fonctionne mieux par répétitions, le mieux que tu as à faire est de travailler un peu chaque jour plutôt qu’une fois par semaine. La question que l’on me pose souvent est : « Combien de temps par jour ? »

Réponse : « Tout dépend de ton niveau, de ce que tu aimes travailler… Et de ton objectif ! »

Tu aimes vraiment l’harmonica ? Tu y es devenu accro ? Alors, tu n'as pas besoin de moi pour savoir que tu vas y passer du temps, beaucoup de temps… J’ai un élève qui en fait 4 à 5 heures par jour ! Sa progression est fulgurante. D’autres élèves – la plupart, en fait – en font de 30 minutes à 1 h par jour

Mais ils progressent aussi, car c'est déjà beaucoup, une heure par jour.

Evidemment, je serai heureux d'apprendre que tu en fais le plus possible, mais je dirai qu’il vaut mieux en faire 20 minutes par jour, plutôt qu’une seule fois 2 h dans la semaine.

D’ailleurs, 20 x 7 = 140 min, soit 2h20. Tu vois : à raison de 20 minutes par jour, tu y gagnes.

Impose-toi un rituel

Le cerveau humain apprécie la routine : fais toujours la même chose à la même heure ! Attention : quand je dis "toujours la même chose", je ne veux pas dire "toujours le même morceau, toujours le même exercice" mais la même activité.

Par exemple, si tu décides d'y consacrer une demi-heure par jour, travaille tes notes de 8h à 8h05, un exercice mélodique de 08h05 à 08h15 et un morceau de 08h15 à 08h30. En morcelant ainsi ton travail, ta demi-heure va passer très vite.

Lorsque tu auras fait ça pendant 2 semaines, tu t'apercevras déjà que tu te trouves dans les meilleures dispositions pour faire ta demi-heure quotidienne, car ton cerveau aura enregistré que « le temps est venu de la demi-heure quotidienne ». Il se peut même que tu t'y mettes à la bonne heure sans regarder l’horloge.

T'est-il déjà arrivé de régler ton réveil à 5 h parce que, pour une fois, tu devais te lever très tôt ? Tu as un train ou un avion à prendre, tu as peur de te lever trop tard… En fait, tu as tellement peur de te lever tard que tu prends toutes les précautions possibles. Certains programment même 2 réveils au cas où.

Bref, tu envoies à ton subconscient qu’il serait dangereux pour toi de te lever à la bourre. Eh bien, dans 95% des cas, tu te réveilleras avant la sonnerie du réveil ! Genre à 4h55…

Merveilleux, n’est-ce pas ?

Oui : le cerveau est merveilleux.

La perlaboration

Imagine que vous aies décidé de t'organiser pour t'imposer une heure quotidienne d’harmonica, genre de 9 h à 10 h chaque matin. Un soir, tu as trop mangé, tu es barbouillé, tu vas te coucher épuisé… Et tu te réveilles à 10 h.

Flûte ! Plus le temps de travailler ton instrument. Déjà que tu avais du mal à jouer votre morceau... Ah, ça commence bien : les sages résolutions auront tenu trois semaines…

Décidé à reprendre de bonnes habitudes, tu te remets à l’harmonica le lendemain à 9 h. Et là, surprise : le passage difficile que tu n'arrivais pas à jouer passe tout seul ! Que s’est-il passé ?

Ton cerveau est tellement habitué à faire la même activité à la même heure que, lorsque vient ton rendez-vous quotidien avec la musique, il met tout en ordre pour que tu sois dans les meilleures dispositions pour progresser. Si un jour pas fait comme un autre, tu ne fais pas d’harmonica pendant cette heure-là, ton cerveau travaille quand même en tâche de fond. Il se peut même que ton subconscient réussisse à résoudre des problèmes que la partie consciente de ton cerveau n’aurait pas réussi à régler !

Ce travail en tâche de fond, c’est ce que l’on appelle la perlaboration.

Et quand on n’a que 5 minutes devant soi ?

Eh bien, plutôt que se dire : « Je ne vais pas sortir mon harmonica pour si peu, c’est ridicule, je n’ai pas le temps », sors-le tout de même : le fait d’être bien concentré sur ce que tu fais, même si c’est seulement pour 5 minutes, cela peut te faire progresser et surtout, ne pas oublier ce que tu as fait la veille.

Organiser sa journée de travail

Tu n'as pas une heure d’affilée disponible tous les jours ? Pas grave : tu peux t'organiser pour morceler ton heure quotidienne.

Exemple :

  1. 10 minutes au lever pour travailler tes notes ;
  2. 5 minutes dans le bus, après avoir fait tes courses et que tu es sur le chemin du retour, à imaginer un solo ;
  3. 10 minutes avant le repas du midi pour travailler une phrase ;
  4. 20 minutes avant le dîner sur des exercices rythmiques ;
  5. 15 minutes avant de te coucher à jouer tes anciens morceaux, pour ne pas les oublier.

Résultat : tu as travaillé 1 h ! Fais ça tous les jours, tu apprécieras tes progrès.

7 Partages
  • Anonyme dit :

    Bonsoir à tous. Comme d’habitude, le prof nous donne une conduite à suivre… Une Chose est certaine : toutes les disciplines qui demandent de l’entraînement et de la concentration demandent une « routine « , une répétition minutieuse de la mise en place et de l’organisation pour la répétition… Pas de miracle : rien n’arrive par hasard et si on aime, tout peut arriver, même les résultats !… On y croit. Bon WE à tous.

  • Vous avez parfaitement raison.

  • Anonyme dit :

    Bonsoir, je suis tout à fait d’accord avec ce que vous venez de dire… Mais je dois avouer que je ne connaissais pas le mot « perlaboration ».

  • Michel FERRARINI dit :

    Votre article est discutable et peu adapté aux néophytes ; je débute avec ce que j’ai pu recueillir de vos indications, mais pour le moment je suis toujours à la recherche d’une base constructive que je n’arrive pas à établir pour lire la partition et la jouer. Sur la partition Bienvenue à bord, les notes ne sont pas toujours en correspondance avec les chiffres ? Or dans votre cours, vous incitez à faire l’effort de lire les notes. Ne connaissant pas le solfège, je cherche une voie constructive que je n’ai pas trouvée encore. Enfin, je ne suis pas compétent pour lire convenablement le texte sur l’approche de la partition musicale à jouer. Le début est à ma portée, mais pas la fin ; enfin, m’intégrer au rythme de l’accompagnement m’est impossible pour le moment.

  • Pas de panique, Michel ! Tout vient à point à qui sait attendre (et surtout travailler quotidiennement en restant motivé). Concernant Bienvenue à bord, dont je viens de vérifier la partition par acquis de conscience, tout est parfait : la tablature correspond bien aux notes de la portée. Où avez-vous vu des erreurs ? Que n’avez-vous pas compris ? N’hésitez pas à me poser vos questions si vous vous sentez bloqué.

  • thierry dit :

    Je suis enthousiasmé par votre méthode, par votre dynamisme, votre humour, en un seul mot je suis tombé sur le meilleur professeur de musique ; de plus, vous n’hésitez pas à sortir du cadre strict du cours de musique afin de nous faire partager certaines astuces. Je n’hésite pas à me renseigner sur certains sujets et vos conseils et cours restent l’essentiel de mon travail musical. Cela me désole un peu de savoir que certaines personnes critiquent des conseils qui leur sont données gracieusement et je ne suis pas ici pour polémiquer, mais cela devait être dit. Merci Bertrand.

  • Tant que la critique est constructive, elle est acceptable et même vivement recommandée. Par contre, la critique pour dénigrer le travail des autres, c’est moyen… La critique est facile, l’art est difficile. Mieux vaut ne pas s’y attarder et continuer de suivre sa route. Avec tous vos témoignages de satisfaction et vos retours quant à votre progression grâce à mes conseils et mes cours, je n’ai aucun doute sur ma légitimité.

  • FRANCKE dit :

    J’ai moi-même un prof d’harmo, pour des cours collectifs, il n’est pas trop pédagogue, mais bon, c’est grâce à lui que j’ai commencé et découvert les tablatures ; il a le mérite d’exister. A présent, je peux me tourner ailleurs. Critiquer m’est inutile et me fait mal. Alors je suis Bertrand dans ce qu’il propose ; une chose est sûre : il est très généreux. Il parle un peu trop, mais c’est pour donner.

  • En fait, j’ai l’habitude de donner beaucoup d’exemples pour que tout le monde comprenne bien. Pour certains, c’est juste ce qu’il faut ; pour d’autres qui ont déjà compris au premier exemple, c’est un peu trop long. Ce n’est pas une question d’intelligence : c’est juste que certains ont plus de capacités à comprendre certaines parties de la musique et d’autres ont des capacités de compréhension ailleurs. Bref, je m’adresse au plus grand nombre.

  • >