• Duo harmonica ukulélé sur "Somewhere Over The Rainbow"

Deux instruments de voyage : l’harmonica et le ukulélé

Deux instruments à emmener en voyage : l’harmonica diatonique et le ukulélé !

Le ukulélé et ses légendes

A l’instar de l’harmonica, le ukulélé est réputé être un instrument facile à jouer. Sans doute parce qu’il est petit et qu’il n’a que quatre cordes, alors qu’il y en a six sur une guitare (et parfois douze). Pourtant, il n’y a pas plus de cordes sur un violon qui, lui, a la réputation d’être l’instrument le plus difficile à jouer ! Je pense que cela tient du fait qu’il n’y a pas de frettes sur le violon alors qu’on en trouve sur la guitare et le ukulélé. Bref, la petitesse d’un instrument lui vaut sans doute des légendes transmises par des gens qui n’en jouent pas ! Si je vous disais qu’il ne faut qu’une petite heure pour apprendre à jouer de l’harmonica, me croiriez-vous ? Eh bien, sachez que le chanteur français Maurice Chevalier (1888 – 1972) prétendait qu’il pouvait en enseigner la pratique en seulement dix minutes ! A la même époque, une publicité américaine faisait courir le bruit qu’on pouvait l’apprendre en cinq minutes ; une autre encore prétendait qu’on pouvait l’apprendre « en une minute et une seconde » ! Même le triangle requerrait un apprentissage plus long ! C’est du grand n’importe quoi : s’il est vrai que le principe de base n’est pas très difficile à comprendre, travailler les accords et leurs enchaînements demande bien évidemment un travail quotidien sur plusieurs mois, voire plusieurs plusieurs années…

Le ukulélé, un instrument qui ne nous vient pas d’Hawaï !

Encore une idée reçue qu’il faut combattre… Rendons à César ce qui appartient à César !

« Hawaï » – ou « Hawaii » – est un état des États-Unis d’Amérique, dont la capitale est Honolulu ; c’est un archipel volcanique du Pacifique, en Polynésie. Découvert par le navigateur James Cook (1728 – 1779) un an avant sa mort, il est devenu territoire américain en 1898 pour devenir le cinquantième état de l’Union en 1959.

En 1879, les colons américains importent de la main-d’œuvre étrangère. Parmi eux, 1 200 Polynésiens et 930 Portugais qui apportent avec eux de petites guitares à quatre ou cinq cordes que sont les machetes, rajaos, braguinha et cavaquinhos. Les Hawaïens se sont emparés de ces guitares dont ils aimaient le son cristallin et accompagnaient parfaitement leur chant. Le mot « ukulele », qui signifie « puce » en hawaïen, remplace alors les machetes et rajaos, deux noms imprononçables pour les autochtones de l’Archipel. Pourquoi avoir appelé cet instrument « la puce » ? Sans doute parce que cette petite bestiole est arrivée par bateau en même temps que la main-d’œuvre !

Le tout premier enregistrement d’un solo de ukulélé, joué par Frank Ferrera, date de 1902. Il ne s’arrêta pas à ce premier essai puisqu’il en enregistra des centaines d’autres en 78 T. La toute première méthode d’apprentissage, quant à elle, date de 1906.

Des sonorités qui se marient bien avec l’harmonica

Duo harmonica ukulélé sur "Somewhere Over The Rainbow"

duo harmonica ukulélé

Le son du ukulélé est plus aigu que celui de la guitare et beaucoup plus métallique. Les sons de l’harmonica se prêtent très bien aussi aux harmoniques de la guitare et c’est toujours pour moi un vrai plaisir de jouer avec un bon guitariste, mais le ukulélé a ceci de particulier que son registre est plus proche de celui de l’harmonica que l’est celui de la guitare, d’où son mariage évident avec notre instrument.

Somewhere Over The Rainbow

Voici le standard dont la musique a été écrite par Harold Arlen, largement popularisé par Israel « IZ » Kamakawiwoʻole, que j’interprète sur un harmonica diatonique en C (do), où je suis accompagné par mon ami Hugo Composti au ukulélé.

  1. Regardez la vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=CEBVGWRyx74?rel=0

  • Commentez-la pour me dire ce que vous en pensez et partagez-la sur les réseaux sociaux si vous l’aimez !

  • About the Author:

    Partagez11
    Tweetez
    Enregistrer
    11 Partages