Le Matos de l’Harmoniciste en Herbe

Vous débutez l’harmonica ? Voici la liste du matos (les musiciens disent plus « matos » que « matériel ») à acquérir pour apprendre à jouer du petit instrument. Cette liste ne vous paraîtra peut-être pas indispensable a priori, mais si vous prenez l’ensemble, vous allez gagner un temps considérable dans votre apprentissage. Tous les liens que vous trouverez sur l’achat du matériel sont des liens affiliés Amazon (à part le lien sur la suite logicielle) : vous y trouverez les meilleurs modèles, aux prix les plus compétitifs. Je précise que tout ce que je vous conseille ici a été testé par mes soins. C’est parce que j’en suis amplement satisfait, que je vous recommande ces quelques outils.

1- Choisissez votre harmonica

Pour suivre les cours, vous avez besoin d’un harmonica en Bb (si bémol). Je vous en explique les raisons dans le guide numérique et le cours en vidéo « Quel harmonica choisir ? » que vous trouverez dans votre kit de bienvenue.

Il y a tellement de marques d’harmonica aujourd’hui ! Et tellement de modèles, que vous risqueriez de passer beaucoup de temps à hésiter avant de trouver le bon.

Je vous propose ici la liste des meilleurs modèles pour les débutants :

Lee Oskar en Bb (un harmonica japonais très bon pour la country music et la musique celtique, mais pas pour le blues, le rock ou le jazz).

Hohner Special 20 en Bb (un harmonica allemand très bon pour le blues et le rock).

Hohner Special 20 Rocket Progressive en Bb (le même que le Special 20, mais au son plus puissant).

Voici le modèle que je préfère, aussi bon pour les débutants que pour les professionnels :

Bête de Course en Bb (un harmonica japonais, modifié par les soins de votre professeur, parfait pour tous les styles).

2- Les outils d’aide à la formation musicale

2.1- Un outil in-dis-pen-sable, quel que soit votre niveau

Jouer des mélodies, c’est bien, mais si vous ne les jouez pas en rythme ou que votre morceau n’est pas bien placé rythmiquement sur la piste d’accompagnement, votre prestation ne va pas ressembler à grand chose et l’on risque bien de ne même pas reconnaître ce que vous jouez.

Pour vous aider, le génial inventeur  allemand Johann Nepomuk Maelzel a créé en 1816 un outil qui est vite devenu le meilleur ami des musiciens qui savent bien s’en servir et la plaie des jeunes musiciens qui se le voyaient imposé par certains professeurs, comme s’ils leur infligeaient une punition : le métronome.

Je vous assure que, bien utilisé, notre petit ami le métronome est le parfait compagnon de notre petit instrument.

Sa version actuelle, électronique, va vous permettre d’apprendre vos morceaux en un temps record et de toujours bien les jouer. Comme il n’est pas beaucoup plus gros que le boîtier qui renferme votre harmonica, vous allez pouvoir le laisser dans votre sac à dos ou votre sac à main et l’emmener partout avec vous.

Le modèle que je vous propose est excellent (et les piles ne s’usent pas vite, malgré une utilisation quotidienne) :

Métronome KORG

2.2- Si vous n’avez pas une bonne oreille musicale

La difficulté majeure, quand on commence l’harmonica, c’est de jouer une seule note à la fois. C’est tout l’objet des premiers cours de la Formation Complète : grâce aux exercices de navigation, vous saurez bientôt vous déplacer de manière fluide sur l’harmonica. Savoir si l’on joue une seule note ou deux notes à la fois, ce n’est pas évident au début, mais grâce aux nombreux exemples en vidéo et en mp3, vous allez vite faire la différence d’oreille.

Mais comment savoir quelle note on joue ? Si à la base, vous n’avez pas l’oreille musicale (vous allez forger votre oreille au fil des cours), vous n’allez pas savoir spontanément quelle note vous jouez. Bien sûr, il y a les numéros des ouvertures sur le capot supérieur de l’instrument, mais une fois que vous l’avez en bouche, vous ne voyez plus rien.

Pour vous aider, il existe un outil formidable, très fiable et facile à transporter : l’accordeur chromatique.

Ce petit bijou de la technologie vous donne immédiatement la note que vous jouez ou que vous chantez. Vous allez l’utiliser souvent.

Pas besoin d’investir dans du matériel trop onéreux. Le modèle que je vous conseille fera très bien l’affaire :

Accordeur Chromatique KORG

2.3- Un modèle tout-en-un

Si vous avez à la fois besoin d’un métronome et d’un accordeur chromatique (si vous ne les possédez pas déjà), je vous propose d’acquérir un appareil qui regroupe les deux fonctions. Ce sera encore plus transportable et son prix est encore moins élevé que celui des deux outils précédents réunis :

Accordeur + Métronome KORG

3- Lire vos partitions

Un autre outil capital quand on apprend à jouer d’un instrument, auquel on ne pense pas du tout, c’est le pupitre.

Bien sûr, vous allez apprendre à jouer vos morceaux par cœur, mais en attendant, pour les travailler, rien ne vaut une partition. Pas de panique si vous ne savez pas lire les partitions : vous allez apprendre à le faire progressivement, dès le deuxième module de la Formation Complète.

Ce qu’il faut absolument éviter, quand on joue de l’harmonica, c’est de pencher la tête en avant : si vous jouez comme ça, la salive va tomber à l’intérieur de l’instrument et va bloquer les anches (ces petites lames métalliques qui produisent les sons). Or, si vous n’avez pas de pupitre, comme allez-vous vous débrouiller pour faire tenir votre partition ? En la punaisant au mur ? Pas très pratique. Et surtout, en voyage, si vous prenez vos morceaux avec vous, il y a plein de lieux dans lesquels vous n’allez pas pouvoir punaiser votre partition.

C’est pourquoi il vous faut un pupitre.

Il en existe deux modèles principaux : un sur pied (le mien me vient d’un grand-oncle mandoliniste, je l’ai depuis plus de 30 ans), l’autre beaucoup plus petit et transportable, que l’on pose tout simplement sur une table (une invention géniale primée au Concours Lépine).

Voici les modèles que je vous recommande :

Pupitre sur pied

Pupitre sur table

Si vous optez pour un pupitre sur pied, je vous conseille de prendre aussi deux pinces pour partitions (surtout si vous jouez dans le jardin), afin d’éviter que vos partitions tombent ou s’envolent (vous n’en aurez pas besoin avec le pupitre sur table) :
Pince pour Partition

4- Enregistrer vos morceaux

4.1- Un micro pour harmonica

La meilleure façon de constater sa progression, c’est de s’enregistrer : vous allez pouvoir vous réécouter et envoyer vos enregistrements à votre professeur, pour qu’il vous écoute et vous aide à progresser encore plus.

Le meilleur micro pour harmonica est sans conteste celui-ci (véritablement conçu pour l’harmonica) :

Audix Fireball V

Il possède une molette de réglage de volume, indispensable pour éviter l’effet Larsen (quand on s’approche trop d’un ampli). Le son que vous obtenez est tout simplement le même que celui que vous avez au naturel.

Pour le brancher sur une table de mixage, vous avez besoin d’un câble mâle XLR – femelle XLR :

Câble XLR – XLR
Pour le brancher sur un ampli, mieux vaut opter pour un câble mâle Jack – femelle XLR :

Câble Jack – XLR

4.2- Un enregistreur numérique

Vous n’êtes pas ingénieur du son : aucun intérêt d’investir dans une table de mixage à 2.000 €, encombrante et inutile.

Je vous conseille plutôt un excellent enregistreur, facile à transporter, aussi bon pour vous enregistrer à l’harmonica que pour enregistrer un groupe de musique, lors d’un concert :

Zoom H2N

Il vous suffit de le poser sur un trépied (fourni) et de le brancher en USB sur votre ordinateur (tour ou portable).

4.3- Vous enregistrer avec une bande-son

Si vous voulez publier l’enregistrement de vos morceaux favoris ou que vous voulez les envoyer pour analyse à votre professeur d’harmonica, l’idéal est d’utiliser un petit logiciel qui vous permet d’enregistrer 2 pistes :

  • la piste d’accompagnement ;
  • votre enregistrement.

Pour ma part, j’utilise le logiciel Cubase, que j’utilise quand je réalise les maquettes de mes compositions pour orchestres. Mais pour vous, pas la peine d’investir autant : Alain, un élève de l’école d’harmonica, m’a fait découvrir une suite logicielle géniale et très pratique (facile à utiliser, mêmes par les personnes qui ne sont pas habituées aux outils informatiques) :

AVS4YOU (abonnement à vie)

Grâce à ce code, jusqu’au 31 août 2017, vous bénéficiez de 30% de réduction :

AVSSummer2017

(code à afficher sur votre bon de commande)

5- Vous faire entendre

Si vous désirez jouer avec d’autres musiciens, il faudra sonoriser votre harmonica, pour éviter que son volume sonore soit couvert par celui des autres instruments.

Inutile, encore une fois, d’investir dans du matériel lourd et coûteux. L’ampli que j’utilise est facile à transporter, comme un sac en bandoulière et qui plus est (un énorme avantage), il n’est pas indispensable de le brancher : vous pouvez y loger des piles !

Celui que je vous recommande, je l’utilise avec mon micro Audix Fireball V, lorsque je joue en extérieur, lors d’un pique-nique, par exemple :

Ampli Roland Cube

6- Nettoyer votre instrument

Il ne faut pas oublier de nettoyer votre harmonica chaque mois. Même si vous observez une excellente hygiène buccale, de la salive se dépose sur l’instrument et sèche. Au fil des jours, l’accumulation de la salive séchée finit par boucher les ouvertures. Il faut donc nettoyer l’instrument au moins une fois par mois.

Procédez ainsi (10 étapes simples à suivre) :

  1. démontez votre harmonica ;
  2. laissez de côté les plaques d’anches ;
  3. rangez soigneusement les vis dans l’étui ;
  4. plongez le peigne et les capots (s’ils ne sont pas en bois) dans un grand verre d’eau ;
  5. lâchez-y un cachet de Polident ;
  6. au bout de 30 minutes, videz le verre et rincez-le, vos parties d’harmonica toujours dans le verre ;
  7. essuyez les parties mouillées à l’aide d’un chiffon non pelucheux ;
  8. ôtez la salive des plaques en frottant délicatement un ongle ;
  9. passez un chiffon non pelucheux sur les plaques, sans toucher aux anches ;
  10. remontez l’harmonica.

About the Author:

Partagez11
Tweetez
Enregistrer
11 Partages