Apprendre à improviser grâce aux exercices de confinement

Est-ce que tu souhaites apprendre à improviser ?

Quand on commence l’étude de l’improvisation, on est confronté à tellement de choix, qu’il n’est pas simple de savoir où donner de la tête.

Ce cours est réservé à ceux qui savent déjà jouer des mélodies en lien avec les accords d’une grille harmonique, mais qui ont encore du mal à trouver de la cohérence entre elles.

Pour progresser en musique, il faut que tu t’entraînes avec des exercices restrictifs, pour ne pas avoir trop de choses à penser en même temps.

Les exercices de confinement

L’objet des exercices de confinement est de t’imposer une cellule rythmique. Et de jouer toutes tes notes sur cette cellule rythmique. L’idée est de répéter cette cellule rythmique de nombreuses fois avant de jouer, afin d’ancrer les rythmes en toi : tu auras tellement répété cette succession de rythmes, que ton esprit ne sera plus accaparé par le placement rythmique, mais sera libre de trouver des phrases mélodiques.

Pourquoi exercices de « confinement » ?

La moitié de la population mondiale s’est retrouvée confinée pendant 2 mois – et certaines régions le sont encore plus ou moins – afin de ne pas propager le coronavirus Covid-19. Pour ne pas céder à la psychose, je m’en suis amusé. De l’humour noir, j’en conviens, mais l’humour est parfois une question de survie.

Ainsi, plutôt que répéter le nom des rythmes pour les solfier, j’ai eu l’idée de répéter des phrases liées au confinement. De les répéter rythmiquement.

Avec toujours les mêmes rythmes.

Comment trouver les rythmes d’une phrase ?

Afin de rythmer une phrase, je te conseille de procéder en 5 étapes :

Etape 1 : prononcer la phrase naturellement

Pour éviter que tu aies du mal à répéter la phrase rythmiquement, il faut absolument qu’elle paraisse naturelle. C’est la clé pour retenir une phrase rythmique.

Donc, tout d’abord, prononce la phrase naturellement, plusieurs fois.

Prenons un exemple : « Tu te retrouves en quarantaine, c’est bien fait pour toi. »

Je te l’ai dit : j’aime l’humour noir.

Quand je prononce cette phrase naturellement, je ne dis pas réellement « Tu te retrouves » mais « Tu t’retrouves ».

Aussi, la phrase prononcée naturellement est : « Tu t’retrouves en quarantaine, c’est bien fait pour toi. »

Etape 2 : trouver les points d’appui

Il va te falloir trouver la pulsation. Pour cela, tu peux t’aider de l’accent tonique.

Tu le sais peut-être : en français, l’accent tonique tombe sur la dernière syllabe, quand elle est masculine et sur l’avant-dernière, quand elle est féminine.

Le sexe des syllabes

Une syllabe est dite masculine quand elle ne se termine pas par un e muet.

Exemple : tableau

Une syllabe féminine, quant à elle, se termine par un e muet.

Exemple : table

L’accent tonique selon le sexe des syllabes

Je vais représenter l’accent tonique en mettant la syllabe accentuée en gras.

On dit « un tableau » (syllabe masculine) mais « une table » (syllabe féminine).

Reprenons notre exemple

« Tu t’retrouves en quarantaine, c’est bien fait pour toi. »

« retrouves » et « quarantaine » se terminent par une féminine, les autres mots par une masculine :

Tu t’retrouves en quarantaine, c’est bien fait pour toi.

Les autres mots, monosyllabiques, peuvent également être accentués :

Tu t’retrouves en quarantaine, c’est bien fait pour toi.

Etape 3 : en déduire la pulsation

A présent, répète cette phrase en tapant dans tes mains : tape des mains sur les syllabes accentuées. Le frappement des mains doit être régulier.

Cela te donne la pulsation.

Nous obtenons :

Tu t’retrouves en quarantaine, c’est bien fait pour toi.

Etape 4 : compter le nombre de syllabes par pulsation

En écrivant la phrase de confinement, comme je l’ai fait jusqu’à présent, tu vois clairement qu’il y a 2 syllabes par pulsation.

Etape 5 : en déduire les figures rythmiques

2 syllabes par pulsation, dites régulièrement, ce sont des croches binaires.

Répéter la phrase rythmiquement

A présent que nous avons trouvé les rythmes de notre phrase, nous allons la répéter à différents tempos.

Bien sûr, nous avons besoin de l’aide d’un ami : notre métronome !

Commençons à 60 à la noire et faisons grimper le tempo très progressivement.

Retrouve ici les tempos sur lesquels je te conseille de travailler.

N’oublie pas de travailler jusqu’au tempo immédiatement supérieur à celui de la piste d’accompagnement : en t’entraînant un peu plus vite que le tempo du morceau, tu seras encore plus à l’aise quand tu joueras sur la piste d’accompagnement que je t’offre.

0 Partages
>